LES PRIX ISEM
DE LA PHOTOGRAPHIE DOCUMENTAIRE

Le Grand Prix ISEM 2021 est attribué à Myriam Boulos. Née au Liban en 1992, elle vit et travaille à Beyrouth. Depuis l’âge de 16 ans, elle photographie la ville dans une approche documentaire mais aussi de recherche personnelle. « Comme un moyen d’explorer, de défier et de résister à la société », écrit-elle.

Le jury a aussi retenu le travail de quatre autres photographes, finalistes de ce Grand Prix :
- Red Black White de Nazik Armenakyan : une série de portraits et natures mortes relatant la condition des femmes malades du sida en Arménie, femmes contaminées par leur mari ;
- Les deux pieds sur terre d’Alexa Brunet : le suivi sur des années d’adolescents devenus jeunes adultes aujourd’hui prêts à reprendre avec sérénité l’exploitation agricole de leurs parents en Ardèche ;
- Les plantes guérisseuses de Florence Goupil : l’utilisation de la médecine traditionnelle à base de plantes par le peuple indigène Shipibo-Konibo du Pérou à l’heure de la pandémie ;
- et Measure and Middle d’Ingmar Bjorn Nolting, sur la crise du Coronavirus en Allemagne.

Le Prix ISEM Jeune Photographe a été attribué à Cloé Harent pour sa série Le temps d’une pause. Nen 1998 dans la région toulousaine, elle documente avec une certaine tendresse la vie dans les fermes biologiques.

Découvrez plus en détail les sujets des lauréates 2021 ainsi que ceux des années précédentes par ici LAURÉAT.E.S

 


Combien de photographes au talent certain, en France ou ailleurs, manquent de moyens pour achever un sujet ? Combien, après quelques mois passés à documenter un sujet, arrêtent ?

Parce que leur sujet est plus complexe qu’ils ou elles ne l’avaient envisagé, qu’il demande plus de temps qu’imaginé. Les photographes passent alors à autre chose en espérant trouver une histoire plus rentable, nécessitant parfois moins d’engagement sur fonds propres.

C’est pour soutenir ces projets difficiles que le festival ImageSingulières, le journal d’information Mediapart et l’ETPA, école de photographie et de game design installée à Toulouse, s’engagent, depuis 2018, autour de deux prix

Le « Grand prix ISEM » est ouvert aux photographes du monde entier. Doté de 8000 euros, il entend contribuer à développer et achever un travail documentaire en cours. Ce prix devra être utilisé pour poursuivre le travail récompensé. Dès l’annonce des résultats du prix, ce travail sera présenté sous forme de portfolio sur Mediapart et une fois complété, il fera l’objet d’une exposition à ImageSingulières.

Le second « Prix ISEM jeune photographe » s’adresse lui aux moins de 26 ans résident sur le sol français. Doté de 2000 euros, il récompensera là aussi un travail en cours qui sera publié sur Mediapart. Le ou la lauréat.e pourra aussi intégrer une Masterclass de 3ème année à l’ETPA.

CANDIDATER / APPLY